Pages

mardi 29 août 2017

Bienvenue sur le blog de la PSE du lycée Sacré Coeur

Bonjour à tous! 

Bienvenue sur le blog de la Prévention Santé Environnement du lycée "Sacré Coeur". Ce blog est à votre disposition, vous y trouverez des informations concernant les modules que vous étudiez en cours. Il vous suffira donc de cliquer sur la catégorie correspondante à votre section et découvrir certaines ressources qui vous permettront d'approfondir vos connaissances. N'hésitez pas à laisser des commentaires ou même poser des questions concernant les diaporamas, vidéos, photos et autres supports.

Bonne lecture à tous! 

lundi 11 avril 2016

Fiches de révision Terminale Bac Pro


Cliquer sur l'image pour télécharger les fiches de révision.

Fiches de révision Première Bac Pro


Cliquer sur l'image pour télécharger les fiches.

Fiches de révision Seconde Bac Pro


Cliquer sur l'image pour accéder aux fiches de révisions.

samedi 6 février 2016

lundi 23 novembre 2015

SA Séquence 3

https://drive.google.com/file/d/0B2skJKMNB79-RjgyWEVkeXluMU0/view?usp=sharing

2pro2 séquence 4 PSE


lundi 16 novembre 2015

2pro SA séquence 3 séance 1

Cliquer sur l'image pour télécharger le fichier.

Séquence 3 séance 3

https://drive.google.com/file/d/0B2skJKMNB79-bnZXbE15LV96Rk0/view?usp=sharing

mardi 31 mars 2015

vendredi 27 mars 2015

En dix ans, le prix de la viande a augmenté de 24 %

Une partie du voile est enfin levée sur la formation des prix et des marges dans une filière très complexe: celle de la viande bovine. Un rapport de l'économiste Philippe Chalmin sur le sujet a été rendu public jeudi par le ministre de l'Agriculture. Bruno Le Maire s'y était engagé suite aux blocages, à l'automne dernier, des abattoirs Bigard par des agriculteurs qui réclamaient une hausse de 60 centimes le kilo pour n'en obtenir au final que 2 à 5 centimes. Premier constat: le rapport donne implicitement raison aux éleveurs. Il révèle une stabilité du prix de la carcasse qui leur est payé par les abatteurs. Autour de 2,70 euros le kilo depuis dix ans. «Il y a clairement des perdants qui sont les producteurs de viande bovine, estime Bruno Le Maire. Il y a urgence à apporter des réponses structurelles pour améliorer les revenus de ces agriculteurs, qui figurent parmi les plus bas du secteur agricole», ajoute-t-il. Contrairement aux industriels et distributeurs, les producteurs de viande bovine ne parviennent pas à répercuter la hausse de leurs charges, comme la dernière flambée des céréales, sur les prix de vente. Ils travaillent à perte malgré les aides européennes qui représentent près du tiers de leurs produits, par exemple pour un éleveur de charolais.

Nouvelles contraintes

Pour inverser la tendance, Bruno Le Maire propose une «meilleure organisation de la filière», en pressant les céréaliers et les éleveurs de mettre en place des contrats pour se protéger contre les fluctuations du marché.
Deuxième constat: les grands gagnants sont les industriels et la distribution. De 2000 à 2010, «la marge agrégée de l'industrie et de la grande distribution augmente de 1,06 euro le kilo équivalent carcasse (65% du poids brut du bovin, NDLR)», reconnaît Philippe Chalmin, qui préside également l'Observatoire des prix et des marges. «Sur ces 1,06 euro, la moitié est liée à l'incidence en 2001 des surcoûts entraînés par l'ESB», ajoute-t-il. Le reste de la hausse s'explique par l'apparition de contraintes environnementales supplémentaires, comme l'obligation de stations d'épuration pour les abattoirs. Elles se traduisent par un surcoût estimé à 20 centimes d'euros. «C'est aussi le résultat de l'augmentation des coûts du travail, avec les 35 heures, et aussi au changement des modes de consommation» , poursuit Philippe Chalmin. Sur ce dernier point, les produits sous barquettes et transformés, comme les brochettes, ont entraîné des consommations intermédiaires supplémentaires et donc des charges en plus. À l'autre bout de la chaîne, en rayon, le consommateur a vu les prix augmenter de près de 24% en dix ans. Avec toutefois de fortes disparités suivant les morceaux. Ce qui peut expliquer son désarroi. «Le prix de l'entrecôte a beaucoup plus augmenté, reconnaît Philippe Chalmin. Il a pris en dix ans, 10 euros à 30 euros le kilo. Mais votre pot-au-feu ou steak haché est resté au même prix sur la période, proche de 3 euros le kilo», indique-t-il.
Ce rapport n'est qu'une première étape. Il ne dissocie pas la marge entre les industriels et la grande distribution. Des études plus lourdes seront effectuées et un second rapport plus complet sera publié avant juillet.

vendredi 13 mars 2015

Plusieurs gratuiciels pour aider à la gestion d'un budget

http://telecharger.tomsguide.fr/Logiciels-Budget-Familial,0702-6987.html

samedi 31 janvier 2015

Téléchargement de fichiers sur le blog

Suite à de nombreuses questions sur le téléchargement de fichiers sur le blog:
Voici la marche à suivre:

  • Cliquez sur l'article que vous souhaitez télécharger
  • La page s'ouvre sur un "googledocument"
  • Cliquez sur fichier et sur télécharger
  • Le fichier sera automatiquement téléchargé sur votre disque-dur sous le format Word, Excel....
Bon téléchargement......

dimanche 18 janvier 2015

Consulter la fiche INRS du risque chimique

Cliquer sur le lien suivant pour consulter la fiche INRS du Risque Chimique:

Consulter sa fiche métier

Une aide importante pour votre dossier.
Télécharger votre fiche métier en cliquant sur le lien de votre secteur d'activité.

Cuisinier: https://drive.google.com/file/d/0B2skJKMNB79-NXU3dVIzaVlUeW8/view?usp=sharing

Serveur: https://drive.google.com/file/d/0B2skJKMNB79-M0NMOFYwTlVNWWc/view?usp=sharing

Métiers du bois: https://drive.google.com/file/d/0B2skJKMNB79-SUNyYUVBYV9FOEk/view?usp=sharing

Carrosserie: https://drive.google.com/file/d/0B2skJKMNB79-Y045SmlLMllybHc/view?usp=sharing

Mécanique: https://drive.google.com/file/d/0B2skJKMNB79-aDF0alEzT3ZuazA/view?usp=sharing

Fiche métier "Mécanique" Aide pour le dossier

FICHE METIER BOSSONS FUTE N°169                                   Mécanique
6. DANGERS
·         Incendie (solvants, shampooings, nettoyants vitres, essence)
·         Explosion (batterie)
·         Accidents d'origine électrique
·         Brûlures (pièces ou fluides chauds, soudure)
·         Coup d'arc (soudage, batterie), coup de chaleur (soudage)
·         Coupures
·         Asphyxie
·         Contusions par outils
·         Chutes de plain-pied sur sol glissant, mal éclairé, encombré
·         Chutes de hauteur dans les fosses
·         Lombalgies d'effort
·         Projection de cours étrangers dans les yeux
·         Blessure par injection de fluide sous haute pression
·         Accident de circulation routière à l'occasion des tests après réparation
6.2. AMBIANCES ET CONTRAINTES PHYSIQUES
·         Outils vibrants
·         Bruit des moteurs et des outils (burins, boulonneuses, clés à choc...)
·         Travail dans de mauvaises conditions d'éclairage
·         Contraintes posturales : bras en l'air, torsion du tronc, couché sous le véhicule, penché en avant
·         Gestes répétitifs des poignets pour le montage et démontage des pneus (vissage)
·         Manutention et port de charges (pièces détachées, batteries, outils)
·         Odeurs
6.3. AGENTS CHIMIQUES
·         Les produits manipulés : essence, solvants, nettoyants, lubrifiants, huiles usées, décapants alcalins ou acides
·         Les rejets des pots d'échappement :
o    Gaz et vapeurs :CO, CO², NO, NO², acides aldéhydes, matières organiques, ozone, SO² (diesel)
o    Particules : plomb tétra-éthyle, suies, hydrocarbures lourds, carbone
·         Produits gras, salissants
·         Produits CMR :
o    Huiles minérales
o    Amiante des freins (véhicules anciens)
o    Benzène (R45, R11, R48/23/24/25) dans l'essence
o    Polluants : benzo-a-pyrène (R45, R46, R60, R61) dans les gaz d'échappement
6.4. AGENTS BIOLOGIQUES
·         Surinfection de plaies
6.5. CONTRAINTES ORGANISATIONNELLES ET RELATIONNELLES
·         Pression du temps
·         Respect des procédures pour les garagistes concessionnaires d'une marque
·         Travail sur 6 jours
·         Déplacements routiers et horaires de repas irréguliers en cas de dépannage ou d'urgence
7. RISQUES POUR LA SANTE
·         Tableau n°12 RG : Affections professionnelles provoquées par les dérivés halogénés suivants des hydrocarbures aliphatiques : dichlorométhane (chlorure de méthylène), trichlorométhane (chloroforme), tribromométhane (bromoforme), dichloro-1-2-éthane, dibromo-1-2-éthane, trichloro-1-1-1-éthane (méthylchloroforme), dichloro-1-1-éthylène (dichloréthylène asymétrique), dichloro-1-2-éthylène (dichloréthylène asymétrique), dichloro-1-2-éthylène (dichloréthylène symétrique), trichloréthylène, tétrachloréthylène (perchloréthylène), dichloro-1-2-propane, chloropropylène (chlorure d'allyle), chloro-2-butadiène-1-3 (chloroprène)
·         Tableau n°30 RG : Affections professionnelles consécutives à l'inhalation de poussières d'amiante
·         Tableau n°36 RG : Affections provoquées par les huiles et graisses d'origine minérale ou de synthèse
·         Tableau n°42 RG : Atteinte auditive provoquée par les bruits lésionnels
·         Tableau n°57 RG : Affections périarticulaires provoquées par certains gestes et postures de travail
·         Tableau n°64 RG : Intoxication professionnelle par l'oxyde de carbone
·         Tableau n°69 RG : Affections provoquées par les vibrations et chocs transmis par certaines machines-outils, outils et objets et par les chocs itératifs du talon de la main sur des éléments fixes
·         Tableau n°79 RG : Lésions chroniques du ménisque
·         Tableau n°84 RG : Affections engendrées par les solvants organiques liquides à usage professionnel : hydrocarbures liquides aliphatiques, alicycliques, hétérocycliques et aromatiques, et leurs mélanges (white spirit, essences spéciales) ; dérivés nitrés des hydrocarbures aliphatiques ; acétonitrile ; alcools, aldéhydes, cétone, esters, éthers dont le tétrahydrofurane, glycols et leurs éthers ; diméthylformamide, diméthylsulfoxyde
·         Tableau n°98 RG : Affections chroniques du rachis lombaire provoquées par la manutention manuelle de charges lourdes
7.2. AUTRES MALADIES LIEES A L'ACTIVITE PROFESSIONNELLE
·         Néant
·         Les salariés exposés à des agents chimiques dangereux, au bruit, voire à l'amiante sont soumis à une surveillance médicale renforcée.
8.1. VISITE MEDICALE
·         Visite médicale d'embauche préalable à l'affectation
·         Visites périodiques au moins une fois par an
·         Recherche de troubles musculo-squelettiques, neurologiques ou hépatiques et contrôle de l'état cutané, l'état respiratoire, l'appareil locomoteur
8.2. EXAMENS COMPLEMENTAIRES
·         Audiogramme en cas d'exposition au bruit (articles R4431-2 et R4435-2 du code du travail)
·         Suivant les postes : bilan sanguin et/ou hépatique ; radiographie pulmonaire et spirométrie
8.3. VACCINATIONS
·         DTPolio tous les 10 ans conseillé
8.4. SUIVI POST PROFESSIONNEL
·         Une attestation d'exposition aux agents chimiques dangereux est remplie par l'employeur et le médecin du travail et remise au travailleur à son départ de l'établissement.
·         En cas d'exposition à l'amiante : attestation d'exposition ; examen radiologique du thorax tous les 2 ans éventuellement complété par une épreuve fonctionnelle respiratoire.
8.5. DOSSIER MEDICAL
·         Le dossier médical doit être conservé au moins 50 ans après la fin de la période d'exposition à des agents chimiques dangereux.
9. NUISANCES POUR L'ENVIRONNEMENT EXTERIEUR
·         Pollution de l'air, par les gaz d'échappement
·         Risque d'incendie volontaire (vandalisme) dans les zones de stockage des déchets en attente d'élimination
·         Pollution sonore : mise en route des moteurs, élévateur de véhicules, outils
·         Toxicité de l’air : si les matériaux sont brûler au lieu d’être stocké
·         Pollution des sols : si les matériaux sont laissés à l’extérieur sous la pluie
·         Pollution de l’eau : par les substances liquides non stockés dans des bacs étanches
·         Pollution de l’air : si les liquides chimiques sont mélangés à d’autres produit et non stockés dans des cuves étanches.
10. ACTIONS PREVENTIVES
10.1. INDICATEURS  D'AMBIANCE ET METROLOGIE
·         Ambiance thermique : mesurages à l'aide d'un thermomètre, d'un thermohygromètre...Manutention : analyse de la manutention manuelle au poste de travail
·         Bruit : mesurage du niveau d'exposition au bruit à l'aide d'un sonomètre et/ou d'un exposimètre
·         Manutention : analyse de la manutention manuelle au poste de travail
·         Vibrations :
o    Mesures de vibrations transmises aux bras et aux mains
o    Valeur limite d'exposition journalière rapportée à une période de référence de 8 heures : 5 m/s2 pour les vibrations transmises aux mains et aux bras
10.2. PREVENTION COLLECTIVE
·         Respect des règles générales d'hygiène et de sécurité :
o    Nettoyage régulier des locaux de travail et annexes
o    Installations sanitaires dans un local aéré, chauffé et isolé des locaux de travail et de stockage
o    Détergents d'atelier conformes aux normes françaises NF T 73 - 101 et 73 - 102 dans des fontaines de lavage éventuellement
o    Aération et ventilation du local (60m3/heure/occupant), chauffage (15° C minimum), éclairage suffisant
o    Sol propre, antidérapant, non encombré, avec balisage des allées de circulation piétons/voitures
o    Sources de chaleur isolées, interventions par points chauds uniquement dans des zones spécifiques, extincteurs poudre, bacs de sable, bien répartis et régulièrement contrôlés
o    Evacuation adaptée des gaz, fumées, vapeurs explosives
o    Réseau électrique aux normes et régulièrement contrôlé (installation, câbles, prolongateurs..). Mise à la terre des appareils électriques, prises de courant protégées
o    Réduction du bruit à la source, isolation des machines, port de protection individuelle
o    Stockage des produits dangereux dans les locaux aérés et bien ventilés, loin d'une source de chaleur. Produits étiquetés
o    Au poste de travail : limiter la quantité de produits présents, prévoir un lavabo à proximité, utiliser la signalisation de sécurité
o    Récupération des huiles usées dans des cuves et élimination dans un circuit spécialisé
o    Contrôle régulier des équipements et tenue des registres de maintenance
·         Règles de protection générale pour la mécanique automobile :
o    Levage et manutention :
§  Limiter les manutentions manuelles par des aides techniques adaptées : supports de fûts à roulettes, râtelier pour pièces détachées, ventouses à poignées, portiques, potences pivotantes, palans, sommiers roulants
§  Matériel de manutention mécanique régulièrement contrôlé, utilisé par du personnel formé et dans le respect des normes d'utilisation et du respect de la charge maximum indiquée sur l'appareil (ponts élévateurs avec dispositif de sécurité antichute, chariots automoteurs, crics, chandelles
o    Outils :
§  Outils en bon état et adapté à la tâche
§  Matériel électrique portatif à double isolation et muni d'un dispositif d'arrêt
§  Matériel pneumatique si possible
o    Appareils spéciaux : ils doivent être munis d'une marque de conformité et d'un certificat de conformité
§  Appareils spéciaux :
§  Démonte-pneus avec commande à action maintenue et protecteurs dans les zones à risque de coinçement
§  Equilibrage des roues avec protecteur asservi à la marche de la machine
§  Presse à monter ou à démonter les roulements avec protecteur contre les projections d'éclats métalliques
§  Appareil à tarer les injecteurs avec protecteur asservi
§  Banc d'essai de freinage avec protecteur contre l'entraînement de l'opérateur par les rouleaux
§  Meules : étiquetées, stockées dans un local sec, à sonder avant usage ; contrôle périodique des machines à meuler ; ne pas utiliser en cas d'anomalie et/ou de vibrations ; réglage du support de pièce à 2 mm de la meule et pare-étincelles à 6 mm
§  Compresseur insonorisé, respect des contrôles réguliers réglementaires, vérification périodique du manomètre et de la soupape de sécurité
§  Soufflette : avec pression inférieure à 2,5 bars et avec diffuseur; à interdire pour le séchage des pièces ou des vêtements
o    Soudage :
§  Poste isolé, loin des produits inflammables, avec aspiration des fumées
§  Mur peint avec une peinture absorbant les UV (noir mat...)
§  Pièces nettoyées avant assemblage
§  Port des équipements de protection individuelle (EPI) obligatoire
·         Travaux spécifiques :
o    Fluides sous pression :
§  Vérifier les dispositifs de sécurité et de commande, les flexibles
§  Ne jamais mettre la main devant un injecteur
§  Couper la pression avant toute intervention sur l'appareil
§  Cage de gonflage pour pneus
o    Lavage :
§  Poste de travail protégeant les employés circulant à proximité
§  Installation électrique en bon état
§  Utilisation de produits non inflammables
§  Ventilation des locaux si le travail est fait en extérieur
§  Evacuation des eaux usées avec déshuileur et bac de décantation pour retenir les hydrocarbures, les terres et corps solides
§  Lunettes, vêtement de protection, chaussures adaptés
o    Fosses de visites :
§  Prévoir un escalier d'accès antidérapant à chaque extrémité
§  En cas de non utilisation : fermer la fosse ou l'équiper d'un garde-corps ou de barrière mobile
§  Entourer la fosse d'une plinthe pour éviter la chute d'outils
§  Nettoyer la fosse régulièrement (prévoir fosse en pente et évacuation d'eaux usées)
§  Eclairage sous verre dormant. Pas de flamme nue. Pas de nettoyage de pièce dans la fosse
§  Captation des gaz d'échappement à la source. Détecteur de CO
§  Ventilation en fond de fosse
§  Extincteur à proximité
o    Accumulateur au plomb :
§  Débrancher les batteries en commençant par la borne négative
§  La déposer sur un chariot spécial pour en faciliter le transport
§  Le local de charge doit être indépendant, bien ventilé, éclairé par des appareils électriques, loin de tout corps chaud et de toute étincelle
§  Desserrer les bouchons des bacs pour permettre l'évacuation des gaz (H2, O2)
§  Faire les compléments d'électrolyte et d'acide sulfurique en ne mettant jamais d'eau dans l'acide
§  Lave-oeil ou fontaine oculaire à proximité
§  Neutraliser l'électrolyte avant rejet extérieur
§  EPI : gants, lunettes de protection
o    Garniture de frein :
§  Ne pas employer une soufflette à air comprimé pour nettoyer les tambours et mécanisme de frein. Utiliser un aspirateur doté d'un filtre à très haute efficacité dit "absolu". Laver ou essuyer à l'humide à l'aide d'un dispositif s'adaptant sur le tambour
§  Mettre un dispositif d'aspiration efficace sur les machines utilisées pour l'usinage des garnitures
§  Filtrer et décanter l'air et l'eau rejetés
§  Les opérateurs doivent porter un EPI : masque anti-poussières de classe P3
10.3. PREVENTION INDIVIDUELLE
Les équipements de protection individuelles doivent être adaptées à l'activité.
·         Chaussures de sécurité antidérapantes
·         Guêtres (soudage)
·         Bouchons d'oreilles ou casque antibruit
·         Lunettes de protection (meulage)
·         Lunettes avec filtre oculaire (soudage)
·         Gants
·         Masque respiratoire en cas de soudage en ambiance confinée
·         Masque anti-monoxyde de carbone - masque anti-amiante (masque P3)
·         Crème protectrice pour les mains
10.4. FORMATION - INFORMATION - SENSIBILISATION
·         Balisage des zones d'intervention
·         Interdiction de stationner sous les ponts
·         Interdiction de flamme en dehors des zones prévues
·         Interdiction de boire et de manger de fumer dans l'atelier
·         Consignes de sécurité et procédures d'évacuation affichées
·         Qualification du personnel habilité à intervenir sur les installations électriques réalisées
·         Connaissance de la signalisation de sécurité et des symboles présents sur les récipients par le personnel
·         Formation PRAP (Prévention des Risques liés à l'Activité Physique)